Ma Mère et Le salaire de la peur

 

 

À mon retour d’Algérie en 1972, ma mère m’a demandé si c’était comme dans le film "Le salaire de la peur". Elle avait été impressionnée par le dénuement des habitants et les risques pris par Yves MONTAND pour gagner sa pitance.

 

Et elle avait eu peur pour moi : la Guerre d’Algérie qui était finie depuis seulement 10 ans avait marqué son esprit. Pourtant, sa famille avait été épargnée (le seul cousin en âge d’être mobilisé s’est retrouvé cuisinier dans une "mechta" au sud de Sétif et là il nourrissait aussi bien les Français que les "Arabes" !

 

Elle avait bien tort de se soucier car la vie sur un piton de Kabylie était agréable. Et si la plupart des habitants étaient pauvres, ce n’étaient pas des miséreux . Quant à mon travail, il était fort agréable (mes élèves étaient assidus et respectueux).

Et si j’ai encouru quelques risques, c’est à l’occasion de loisirs : par exemple cette descente en 2 CV du col de Tirourda dans un brouillard à couper au couteau.

 

En son souvenir, je me suis amusé* à faire ce petit montage de présentation du film de Henri-Georges CLOUZOT :

( à voir ci-desous et chez Dailymotion)

 

MONTAND-Yves+VANEL-Charles

    Yves MONTAND et Charles VANEL

 

 

* (mais j’ai souffert car c’est mon 1er montage avec Vidéon)

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans et ... SOUVENIRS.. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s