Edmond Hervé, Maire de Rennes, à Sétif

Edmond Hervé, Maire de Rennes à Sétif : « Un socle pour la coopération des deux pays » 

 

 

En ce début de février 2008, l’actualité à Rennes c’est la réouverture du Théâtre National de Bretagne (TNB) après 3 ans de travaux, la grogne des caissières des grandes surfaces notamment Carrefour, et la candidature de Karim BOUDJEMA, tête de liste UMP pour les Elections Municipales face à Daniel DELAVEAU, dauphin de Monsieur Edmond HERVÉ (PS).

 

Maire depuis 31 ans, celui-ci ne se représente pas, mais il entend bien être encore actif notamment au niveau du Jumelage RENNES-SÉTIF : voici l’interview qu’il a accordée à El Watan lors de son récent voyage en Algérie.

 

 

Installé à la tête de la municipalité de Rennes depuis 1977, Edmond Hervé livre ses attentes à l’occasion de son déplacement à Sétif où il essayera de poser les jalons de l’acte II du jumelage Sétif-Rennes…

HERVE-Edmond_ph-el-watan

 

– Dans quel cadre s’inscrit cette visite ? Qu’apporte-t-elle aux deux agglomérations, d’autant qu’elle précède les élections municipales françaises pour lesquelles vous n’êtes pas candidat ?

 

 Je réponds à l’invitation du président de l’APC dans le cadre de la charte de jumelage Sétif-Rennes que j’ai signée le 24 avril 1982. Ce séjour est pour moi un symbole : ce sera mon dernier voyage en tant que maire et je veux montrer l’attachement de la ville de Rennes à Sétif et à l’Algérie. Je suis accompagné des personnes qui assurent la continuité. Moi-même, après les élections municipales françaises, je resterai impliqué dans les relations entre nos deux pays.

 

– Ne pensez-vous pas que le jumelage Rennes-Sétif n’est resté, 25 ans durant, qu’au stade des bonnes intentions ?

 

 Le principal dans un jumelage c’est l’échange, la compréhension, la volonté de rapprochement. Je suis heureux de constater que de 1981 à 2007, il y a eu, chaque année (à l’exception de 1991, 1992, 1993), des rencontres. Onze délégations rennaises se sont rendues à Sétif. A Rennes, c’est au cours de l’année 2003 – année de l’Algérie en France – que vous avez été les plus présents, il y a eu 17 réunions officielles.

 

– Votre deuxième visite à Aïn Fouara sera-t-elle le prélude à une coopération Nord-Sud des plus efficientes ?

 

 Je crois beaucoup à cette coopération. La relation entre les villes françaises et algériennes constitue le socle populaire des relations entre nos deux pays. Elle permet des approches concrètes.

 

– Quels sont les axes prioritaires devant donner un autre souffle aux relations entre les deux cités ?

 

 C’est l’objet des discussions avec les autorités que je rencontre ici. Le plus important me semble être l’accueil des jeunes, des étudiants. La coopération compte plusieurs volets : environnement, gestion municipale, culture, université, santé, transport…

 

– Après de longues années de mise en veilleuse, les dernières rencontres des scientifiques des universités Rennes I et Ferhat Abbas sont-elles le générateur de la relance ?

 

 J’ai été heureux d’accueillir, à Rennes, votre recteur et la délégation qui l’accompagnait. L’université de Rennes I peut compter sur des personnalités telles que le professeur Lahcène Ouahab. Je suis très optimiste quant à la capacité de coopération entre nos universités.

 

– Vous vous apprêtez, après plus de 31 ans de bons et loyaux services à la tête d’une aussi importante cité, à transmettre le témoin, peut-on connaître les faits saillants d’un aussi long et riche parcours ? Le parti socialiste a-t-il des chances de garder sous sa coupe la municipalité de la cité bretonne ?

 

 Je suis heureux d’avoir fait vivre une stratégie de développement global et assuré pour Rennes et sa communauté. S’il me faut citer plus précisément des réalisations : l’aménagement de quartiers, la construction de logements, la création du technopôle Rennes-Atalante, la richesse associative, la création de deux centres culturels islamiques au nom de la laïcité, la mise en circulation du métro, la politique de relations internationales… Bien qu’une élection ne soit pas jamais gagnée d’avance, j’ai toute confiance dans le candidat et l’équipe que je soutiens.

 

– La création de la maison d’Algérie à Rennes est-elle toujours d’actualité ?

 

 Rien n’empêche cette création. Pour l’instant, nous avons fait un choix : celui de la maison internationale à Rennes qui rassemble les très nombreuses associations à vocation internationale. La vie associative de vos compatriotes est très active, nos relations personnelles et institutionnelles excellentes.

 

 

K. Beniaiche, El Watan   3 février 2008

 

RENNES_Square-Setif

Autres articles sur le jumelage Rennes-Sétif

 

Publicités
Cet article a été publié dans INCERTITUDES .... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Edmond Hervé, Maire de Rennes, à Sétif

  1. maouche dit :

    Ces jumelages de deux villes, deux écoles, lycées et universités entre l\’Algérie et la France devraient se multiplier à mon sens. Beaucoup de liens entre ces deux pays, des liens que nul ne peut ignorer ou effacer, même pas les politiques entêtés des deux rives qui au lieu de favoriser le rapprochement multiplient les déclarations qui réveillent de vieilles rancoeurs. Je voudrai de tout coeur participer au jumelage de la ville de blida avec une ville française, ou alors de mon lycée avec un autre de France, même si j\’avoue ne pas savoir du tout comment procéder pour rendre celà possible.
    Bravo à Monsieur Edmond Ervé et à toi de rapporter ici ces faits.
     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s