PARDON DU PEU QUE LES MOTS PEUVENT

 

 

Pardon, Gens de Madrid, pour le silence de mes frères.

 

Du froid qui descend sur les cœurs, de ce froid, j’ai peur.

 

Peu subsiste en moi : tessons de colère, lambeaux de passion, escarbilles de joie.

 

Que "d’entres" ! Mais tout cela donne un être vivant, pas plus !

 

Les voiles se dressent encore sur mon itinéraire. Liberté de

 

Mots et de mouvement : miracles au détriment des tyrans.

 

Peuvent-ils venir à bout de ce mal arrogant : l’indifférence ?

 

 

GéLamBre 18 novembre 2007

(d’après les mots de Abdellatif Laâbi)

 

 

 

Laabi_(FES)

   

LAABI-Abdellatif

 

MADRID_attentat-2004-03-11_ph-plusnews.fr

 

MADRID_attentat_ph-play.m0k.org

Publicités
Cet article a été publié dans ACROSTICHES .... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s