YENNAYER, Côté cuisine

La belle sur UNE escabelle.

Le "beau" au pied d’Un escabeau.

 

Préparer un couscous pour plus de 150 personnes, ce n’est pas aussi simple qu’un coup de fil.

Il y a les achats, des kilos et des kilos de légumes à éplucher, la semoule à faire gonfler ,  la viande à coudre, ( et oui, voilà l’astuce : les morceaux de mouton sont enfilés par 6 à 12 sur des colliers de ficelle de cuisine ; ainsi il est facile de les retirer du bouillon.)

Facile, dis-je ! Tout est relatif : encore faut-il avoir une vue plongeante dans le récipient !

Et comme ce samedi, celui-ci était particulièrement haut, on a eu recours à un objet familier : l’escabeau ! ( objet qui n’est pas nouveau et qui s’est appelé autrefois escabelle )

 

Publicités
Cet article a été publié dans et ... RIRES. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s