LA ROTTE DE MON ENFANCE

 

Récemment, un peu à l’écart d’un village breton, j’ai vu le panneau indiquant le lieu-dit "LA ROTTE".

Et cela m’a ramené quelques décennies en arrière. Enfant, j’empruntais souvent un sentier à travers champs pour revenir de chez mes grands-parents … et ce sentier, on l’appelait la rotte !

Les impressions sont là, précises :

  • Visuelles tel ce grand pin avec ses énormes cônes (Cet arbre est rare dans la campagne bretonne)
  • Gustatives : Oh les délicieuses fraises des bois !
  • Olfactives … et changeantes suivant les saisons : primevères, aubépines en fleurs, champignons …
  • Tactiles : caresses des fougères souples mais aussi égratignures des ronces qui empiétaient sur le passage.
  • Auditives : chants du coucou, des pigeons ramiers et des merles.

Mais lorsque la nuit venait, je croyais voir des maraudeurs derrière les chênes émondés.

Alors, je hâtais le pas sans faire trop de bruit. Et lorsque j’avais dépassé ces ombres, je prenais mes jambes à mon cou.

Publicités
Cet article a été publié dans et ... SOUVENIRS.. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour LA ROTTE DE MON ENFANCE

  1. tarik dit :

    quel plaisir j\’ai à vous lire ! Merci
    Tarik

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s